3.3 S’auto-diffuser

Plusieurs chorégraphes se diffusent eux-mêmes. Bien qu’il s’agisse d’une grosse entreprise, les récompenses peuvent être grandes. L’auto-diffusion vous confère la liberté de présenter votre travail dans un lieu alternatif et d’avoir la mainmise sur tous les aspects de la diffusion, y compris la mise en marché.

Les théâtres
Pour l’auto-diffusion, il faut d’abord choisir le lieu de diffusion. Si vous voulez présenter votre travail dans un vrai théâtre, avec des équipements professionnels d’éclairage et de son, des fauteuils et une billetterie, soyez prêts à assumer un coût élevé. Si vous choisissez un lieu moins traditionnel, soyez prêts à assumer la charge de travail supplémentaire que cela représente.

Avant d’entamer vos recherches, faites un bilan de vos besoins. Peu de théâtres à Montréal sont conçus pour la danse et les planchers sont souvent en béton. Certains théâtres exigent que vous engagiez l’équipe technique et les préposés à la billetterie. Utilisez la fiche de travail à téléchargeable pour vous aider à formuler les bonnes questions pour les théâtres. Demandez aux administrateurs de vous envoyer une fiche technique. La fiche présente l’ensemble des équipements d’éclairage, de son et autres à votre disposition, la capacité de la salle, une description des loges et un plan de la scène. Consultez une liste des théâtres disponibles pour la production indépendante de danse.

Les lieux alternatifs
Quand vous songez au lieu alternatif, considérez comment l’environnement contextualise un événement. Par exemple, la lecture d’un travail est nettement différente s’il est présenté dans un bar, une galerie d’art, une église, ou la vitrine d’un magasin. Si vous voulez accéder à de nouveaux publics, exploitez le lieu alternatif comme outil de développement de public.

Les lieux ouverts comme les studios de répétition et les galeries peuvent être bons pour présenter un travail sans conception technique élaborée ou une création en processus afin de recevoir des commentaires. En général, une atmosphère informelle exige moins de préparation. Vous pouvez emprunter ou louer des chaises, des gradins et des équipements de son et d’éclairage afin d’augmenter la valeur de production de votre spectacle ; cela nécessite un peu plus d’ouvrage. Vous pouvez organiser une série de spectacles qui présente plusieurs pièces, pas seulement les vôtres. C’est de cette façon que Tangente a commencé, jadis, et plus récemment, il y a eu la série Pixel Project, lancée par Erin Flynn et ses pairs à la Sala Rossa. Cet événement éclectique est l’occasion pour plusieurs chorégraphes émergents de présenter leur travail.

D’autres disciplines utilisent couramment les bars comme lieux de diffusion, et certains artistes de danse s’y aventurent. La danse a été présentée à la Sala Rossa, au Lion d’Or et au Cabaret, parmi d’autres. Si vous présentez votre travail dans un bar, préparez-vous à un public plus ou moins attentif, un plancher rugueux, aucune conception d’éclairage ou au contraire, un éclairage disco. Soyez créatifs lorsque vous cherchez un lieu alternatif pour une production indépendante. Le RQD a déjà présenté un événement de danse dans un magasin de design de meubles pour la Journée internationale de la danse ; c’était un immense succès. Pensez aux écoles, aux églises, aux centres communautaires, aux espaces extérieurs… les possibilités sont nombreuses.

Si vous vous intéressez à un lieu alternatif, vous pouvez planifiez votre spectacle dans le cadre d’événements comme les Journées de la culture (fin septembre) ou la Journée internationale de la danse (29 avril). Vous profiterez ainsi de leur promotion et publicité. Plusieurs chorégraphes présentent aussi leur travail dans le cadre d’événements « off », soit en marge d’un festival, dans des studios et des petits théâtres. Vous pouvez aussi présentez votre travail lors d’une période culturellement creuse, par exemple le milieu ou la fin de l’été, pour éviter la compétition.

Un « showcase » produit de façon indépendante, où plusieurs chorégraphes présentent leur travail sous une même bannière (partageant les frais de promotion et attirant plus de diffuseurs), est aussi efficace.

La confirmation du lieu de diffusion
Pour une auto-production, la première responsabilité du directeur de production est de confirmer le lieu de diffusion. Ainsi, elle doit :
• trouver le lieu;
• négocier les dates et les prix;
• lire et signer le contrat (en faisant attention aux clauses spéciales);
• obtenir le plan et la fiche technique du théâtre, et les transmettre au chorégraphe et aux concepteurs;
• établir et maintenir les rapports avec l’équipe du théâtre, en privilégiant une communication ouverte et amicale;
• organiser la transition du studio au théâtre (clés, etc.).

La direction de production est absolument essentielle pour l’auto-diffusion. Rendez-vous service en trouvant une personne fiable pour assumer cette lourde charge.

… prochain chapitre : 3.4 Promotion


> Retour en haut

Laisser un commentaire